A l’attention des 15.000 abonnés à notre page facebook…

🔥 Merci à nos 15.000 abonnés 🔥

🔴 Continuez de soutenir notre projet :

➡️ En invitant vos amis à aimer notre page Un Pognon de Dingue – Film ;

➡️ En vous abonnant à nos comptes Instagram, Twitter et YouTube ;

➡️ En mettant un marque-page sur votre navigateur à l’adresse de notre site https://www.updd.fr ;

➡️ En participant à la production de notre long-métrage documentaire grâce à notre cagnotte : https://www.helloasso.com/…/production-du-documentaire-un-p…

[Vidéo] Fortunes et Misères du Monde en 2019

🔴 NO COMMENT 🔴

🔥 Effroyable contraste entre une poignée de milliardaires qui confisquent les richesses et les masses de femmes, hommes et enfants plongés dans la misère. En 2019, à l’échelle planétaire et hexagonale.

➡️ Pas de commentaire mais une musique entraînante, comme une invitation à la solidarité des classes populaires : la reprise de Shape of You de Ed Sheeran par Ahmed Alshaiba et Mehdi Ryan.

📣 Pour plus de vidéos et d’enquêtes, abonnez-vous à notre chaîne YouTube.

[Vidéo] Emmanuel Macron & Bernard Arnault, une amitié rentable

🔴 Le Président de la République, interrogé sur ses liens avec l’homme le plus riche de France, affirme n’avoir “pas d’amis”.

🔥 L’amitié entre Emmanuel Macron et Bernard Arnault a pourtant été documentée et démontrée – et elle s’avère rentable.

📣 Ne ratez pas nos prochaines vidéos : abonnez-vous à notre chaîne !

➡️ Notre travail est 100% indépendant et auto-financé. Nous préparons un documentaire pour septembre 2020. Aidez-nous en participant à notre cagnotte à partir de 1 euro : https://www.okpal.com/un-pognon-de-dingue

Pyramides

Quand on pense inégalités, on pense d’abord écarts de revenus. Pourtant, ils sont bien inférieurs au rapport entre plus petits et plus gros patrimoines. Lequel dépasse l’entendement.

Kylian Mbappé, peut-être le salarié le mieux payé de France du haut de ses 20 ans, gagne 1.625.836 euros bruts par mois, lors de la saison 2019-2020 qui vient de débuter, auxquels s’ajoutent 259.080 euros mensuels en prime d’éthique, selon le journaliste de l’Équipe Arnaud Hermant, auteur du livre « Mbappé, le phénomène » sorti le 9 mai 2019. Cela nous amène à un salaire annuel de 22,619 millions d’euros bruts, soit 17,643 millions nets.

Le salaire de Kylian Mbappé est au moins aussi phénoménal que la précocité de son talent, mais sa richesse n’arrive pas à la cheville de celle de Bernard Arnault. Première fortune de France, ce dernier est à la tête d’un capital de 90,275 milliards d’euros au 3 juillet 2019, date arrêtée par le magazine Challenges pour déterminer son classement annuel.

L’attaquant du Paris-Saint-Germain devrait jouer, à son plus haut niveau, pendant plus de 5.116 ans pour espérer, à condition qu’il ne dépense rien durant cette courte période, atteindre la fortune de Bernard Arnault.

Autrement dit, Kylian Mbappé aurait dû, s’il avait voulu – « quand on veut on peut », après tout – être aussi riche aujourd’hui que le PDG de LVMH, atteindre son niveau de jeu et de rémunération actuel en 3.097 avant notre ère, peu ou prou au moment de l’apparition de l’écriture, un peu avant la construction des premières pyramides en Égypte antique et 1.000 ans avant l’arrivée des Grecs en Grèce ; puis jouer, saison après saison, jusqu’en 2019.

S’ils exercent un métier exceptionnel avec un salaire exceptionnel, les joueurs de football professionnels demeurent des salariés, quand bien même une infime minorité peut se permettre de jouer au riche, en achetant par exemple (à crédit) un jet privé. Ils ont un contrat de travail qu’ils doivent respecter, un employeur auquel ils doivent se plier, travaillent pour gagner leur argent. Et ils font rêver des millions de supporters en France.

Mais les vrais riches, les ultra-riches, sont les capitalistes qui prospèrent sur l’exploitation et les guerres intestines des classes laborieuses, bien à l’abri dans les quartiers réservés à la grande bourgeoisie. Eux ne travaillent pas, ils profitent. Leurs « activités » se limitent à des discussions stratégiques lors de dîners mondains et à des injonctions à leurs serviteurs, comptables, cadres-dirigeants. Eux n’apportent rien à la société. Ils la vampirisent.

Emmanuel Macron a approché cette classe dominante, sans toutefois l’intégrer réellement pour la simple et bonne raison que ce qui distingue un capitaliste, c’est la propriété d’un amas monstrueux de moyens de financement, de production et d’échange, le capital. Or, le chef de l’État a beau avoir gagné 3,3 millions d’euros bruts lors de son passage à Rothschild, il a tout dépensé – dans des proportions qui posent question, pour quelqu’un qui donne des leçons de vie aux pauvres chaque fois qu’il tente de s’adresser à eux – n’a rien investi et a demeuré enfermé dans l’antichambre de la bourgeoisie, la classe encadrante qui œuvre à son service.

C’est précisément tout ce que font Macron et le personnel politique qui l’entoure : œuvrer au service des ultra-riches. Ils nourrissent mutuellement leur nuisibilité, les uns en se gavant de l’essentiel des richesses de notre société, les autres en mentant professionnellement aux Français pour passer la pilule. À ce compte-là, on aurait mieux fait d’élire Mbappé.

[Vidéo] Macron & les milliardaires : la love-story

🔴 Le Président de la République entretient depuis de longues années des relations intimes avec les plus grandes fortunes de France.

🔥 Xavier Niel (Free, Le Monde), Patrick Drahi (SFR, BFMTV), Vincent Bolloré (Canal+, Havas), Bernard Arnault (LVMH, Carrefour) sont les amis proches d’Emmanuel Macron.

📣 Pour plus d’informations, de vidéos, d’enquêtes sur les liens troubles entre Macron et l’argent, abonnez-vous à notre chaîne YouTube.

➡️ Notre documentaire Un Pognon de Dingue est 100% indépendant et auto-financé. Il sortira au Printemps 2020. Soutenez-nous via notre cagnotte : https://www.okpal.com/un-pognon-de-di…

Génial

« Bernard Arnault devient la deuxième fortune mondiale devant Bill Gates » claironne Le Parisien, l’un des principaux quotidiens nationaux français, appartenant à… Bernard Arnault. Le natif de Roubaix, où le taux de pauvreté atteignait 44,3% en 2015 selon l’INSEE, est une fierté nationale. Non seulement son patrimoine personnel, composé notamment de 47% des actions du leader mondial du luxe LVMH, atteint les 96 milliards d’euros. Mais en plus il a augmenté, entre le 1er janvier et le 17 juillet 2019, de 34,7 milliards d’euros d’après le Bloomberg Billionaires index, le classement qui le place « sur la 2e marche du podium », s’incline à nouveau Le Parisien.

Comment gagner 34,7 milliards d’euros en six mois et demi ? La page Wikipedia de Bernard Arnault, presque aussi polie et disciplinée que le patron, donne la réponse : « Sa grand-mère – qui l’a en partie élevé – lui aurait appris à être économe ». Il en faut, des bouts de chandelles, pour accroître sa fortune de 175 millions d’euros par jour en moyenne, dimanches et jours fériés compris. Chaque heure, Bernard Arnault met ses talents à l’épreuve pour ajouter 7,3 millions à son capital. Son génie des affaires réalise une augmentation de son patrimoine de 121.703 euros chaque minute de l’année 2019, même quand il dort. C’est plus que le patrimoine médian des Français. Plus qu’une vie de travail d’un Français moyen. Il faut dire que, comme le dit la pub Boursorama, « personne ne recommande ce qui est moyen », alors que Bernard Arnault, on le recommande, et tous les jours.

Quand Bernard Arnault est fait Grand officier de la Légion d’honneur, en 2011, cela ne relève pas la dignité de l’homme, mais celle de la Légion d’honneur. En 2015, la main sur le cœur, il racle les fonds de poches de son costume de la veille pour aider une famille en détresse qu’il avait préalablement licenciée, comme on le voit dans « Merci Patron ! ». Le 15 avril 2019, il n’hésite pas une seconde à annoncer tambours battants un don de 200 millions d’euros pour la reconstruction de Notre-Dame-de-Paris ; le chèque est toujours attendu. Il est comme ça, Bernard Arnault : génial et économe. En somme, c’est le Chuck Norris du nouveau monde. La loi du plus fort a été remplacée par la loi du plus riche.

Privilèges

C’est une bonne journée pour l’homme le plus riche de France. Ce 19 juin 2019, la fortune de Bernard Arnault a dépassé les 100 milliards de dollars, le rapprochant de Bill Gates (106 Md $) et Jeff Bezos (119 Md $).

Avec ces quelque 89 milliards d’euros, son capital équivaut à 781.387 patrimoines médians des Français. Le patrimoine médian est un indice de l’économie réelle : 50% de la population française ont davantage, 50% ont moins. Il s’élève à 113.900 euros et stagne depuis de longues années.

Le patrimoine de Bernard Arnault, lui, ne stagne pas. Dans la seule journée du mardi 18 juin, sa fortune a gonflé de 2,88 milliards de dollars, soit 2,56 milliards d’euros. En 2019 en France, un salarié à temps plein gagnant le SMIC voit ses journées de 7 heures lui attribuer 70,21 euros bruts. Autrement dit, la journée du 18 juin de Bernard Arnault lui a rapporté 36.462.042 fois plus qu’une journée de travail au SMIC français.

Qu’est-ce qui justifie qu’un homme détienne un patrimoine 780 mille fois plus important que celui du Français moyen ? Quelle excuse pouvons-nous imaginer au fait de gagner dans la même journée 36 millions de fois plus qu’un Smicard ?

Les privilèges existent toujours dans notre pays, ils se sont simplement fondus dans le seul dieu-argent et ont été enrobés d’une idéologie en propagande constante pour faire avaler la pilule aux travailleurs modestes. Combien d’emplois pourraient être créés si l’on partageait 99% de la fortune des ultra-riches, leur laissant de quoi voir venir pour leurs vieux jours ? Combien de services publics développés, renforcés, humanisés et combien d’accès gratuits à la santé, à l’éducation, aux transports ? La vie de toutes et tous s’en trouverait améliorée et grandie.

Les nouvelles années folles qui marquent notre époque sont aussi celles de la croisée des chemins. Ces privilèges du « nouveau monde », du « monde libre », de cette planète et cette humanité écrasées toutes entières par la seule logique du marché, de la concurrence et du profit ; ces privilèges méritent d’être abolis. La crise écologique, le péril fasciste, le chômage de masse, l’incertitude pour l’avenir de nos proches et de nous-mêmes – tout cela nous a été apporté, ou plutôt imposé, malgré les formidables richesses dont notre société regorge, par le capitalisme. Le temps est venu de poser la question de son impératif et définitif dépassement.

Indulgence

« C’est une invention humaine de prêcher que, sitôt que l’argent résonne dans la caisse, l’âme s’envole du purgatoire. » Martin Luther, 95 Thèses.

La 27e thèse de Martin Luther, fondateur du protestantisme, sonne comme un rappel à la loi divine.
Il y a 500 ans, le prêtre allemand part en guerre contre la papauté qui organise le commerce de l’entrée au paradis sur le dos des chrétiens – rappelons que le Pape est la personne la plus influente d’Europe au XVIe siècle.

L’indulgence est un système simple : on la paie contre le privilège d’accéder au jardin d’Éden. En échange, cet argent est utilisé par le Saint-Siège afin de financer les sites épiscopaux et au besoin rénover les bâtiments.

Imaginons-nous en 1519, la cathédrale de Notre-Dame à Paris est détruite par un incendie ravageur et le Roi de France François Ie annonce sa rénovation en cinq ans. Vous pourriez payer, en échange d’allégement d’impôts, des indulgences. A cette période, vous trouveriez un adversaire de taille en la personne de Martin Luther. En effet, selon la Bible, on ne peut échanger son salut contre de l’argent.
Il faut d’ailleurs permettre à ce que les croyants puissent vivre de leur travail plutôt que de rénover des monuments humains à la gloire de Dieu (qui ne supporte pas ce genre de pratiques). Cette idée est même prohibée depuis la réforme grégorienne – Grégoire VII est un des pères de l’église catholique – du XIe siècle.

C’est pourtant celle qu’a préconisée le Président Macron auprès des donateurs, en premier lieu la grande bourgeoisie et son fleuron à savoir les Arnault, Pinault et compagnie. En contrepartie de dons astronomiques pour rénover Notre-Dame, les ultra-riches espèrent s’acheter une place au paradis en s’absolvant de leurs pêchés. Remplacer la figure de Dieu par celle du Marché n’assurera pas plus sa place au paradis.

La bourgeoisie ferait mieux de s’occuper de la question de la pauvreté plutôt que de rénover des bâtiments symboliques.
Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’à un riche d’entrer dans le royaume des cieux.

Milliards

Il est des sommes que le commun des mortels rencontre des difficultés à se représenter. La formidable expansion des richesses sous l’ère capitaliste de l’Histoire humaine nous oblige, pour en prendre la mesure, à la compter en une multitude de milliards. Quand bien même l’écrasante majorité des Français ne verront jamais plus de quelques milliers d’euros sur leurs comptes courants ou livrets d’épargne.

100 Milliards, c’est cent fois la collecte pour Notre-Dame-de-Paris, mais ce n’est qu’un dixième de l’évasion fiscale opérée par les riches capitalistes et leurs multinationales dans l’Union européenne. 100 Milliards, c’est le pallier dépassé très récemment par les fortunes privées des individus les plus opulents de la planète. Selon les statistiques les plus récentes, Bill Gates cumule 101,6 Milliards de dollars, quand le patron d’Amazon et homme le plus riche du monde culmine à 158,1 Milliards de dollars. Propulsé à la troisième place du classement international des plus hauts patrimoines, Bernard Arnault peut compter sur un capital de 92,1 Milliards de dollars d’après les derniers chiffres. Cocorico !

Ainsi, la fortune de Jeff Bezos s’approche du PIB nominal de l’Algérie, tandis que celle de Bernard Arnault dépasse allégrement l’ensemble des recettes de l’impôt sur le revenu en France. Mais ce n’est pas là le seul exemple de folie de la société capitaliste. Le 26 juillet 2018, l’entreprise étasunienne Facebook a connu une chute vertigineuse de sa valeur boursière : durant les six heures et demie d’ouverture de séance à Wall Street, la firme de Mark Zuckerberg a perdu 119 Milliards de dollars. Autrement dit, un effondrement de plus de 5 millions de dollars par seconde. Pour revenir à notre hexagone, l’aide publique en France aux entreprises privées représente 200 milliards d’euros chaque année, essentiellement captée par les multinationales.

En 2019, le SMIC brut annuel français s’établit à 18.306 euros. 100 Milliards, ce sont 5 millions et demi d’années de travail au SMIC – à temps complet. Pour donner une petite idée, il y a cinq millions d’années, l’Australopithèque n’était pas encore apparu et nos ancêtres étaient difficilement dissociables des chimpanzés. Le poids de 100 Milliards en billets de cent dollars, qui pèsent environ un gramme chacun, dépasse les 1.000 tonnes. Avec son capital, si Jeff Bezos vivait jusqu’à l’âge de 115 ans, il pourrait dépenser 300.000 dollars par heure sans interruption, et il lui resterait encore 315 millions de dollars pour son enterrement.

Sous le capitalisme, les êtres humains n’ont pas tous la même valeur.