Thermonucléaire

Imaginez un milliardaire sur le point d’acquérir l’arme atomique, à la tête d’une entreprise qui pose des implants cérébraux pour connecter l’esprit humain à la machine, défiant les lois par la mise en danger de ses ouvriers malgré une pandémie mondiale et allant jusqu’à lancer publiquement : « Nous renverserons qui que nous voulions. Faites avec ! »

Ce n’est pas un cauchemar ni une série d’anticipation mais la réalité. Elon Musk, homme d’affaires à la tête de Tesla, SpaceX et Neuralink, vient effectivement, samedi 25 juillet 2020, de répondre sur Twitter « We will coup whoever we want! Deal with it »  à un internaute accusant l’administration américaine d’organiser un coup d’Etat contre Evo Morales pour que le milliardaire puisse mettre la main sur le lithium se trouvant dans le sous-sol bolivien.

En mai 2020, alors que l’épidémie de Covid-19 battait déjà son plein aux Etats-Unis, Elon Musk a décidé unilatéralement de rouvrir ses usines Tesla de Californie et d’enfreindre ainsi les mesures prises par les autorités locales. « Tesla reprend la production aujourd’hui [lundi 11 mai 2020], contre les règles du comté d’Alameda. Je serai dans les rangs avec tout le monde. Si quelqu’un est arrêté, je demande que ce soit moi, et moi seul » a-t-il alors déclaré, encore sur Twitter. Le lendemain matin, le Président des États-Unis Donald Trump apportait son soutien au milliardaire.

Ce n’était pas la première fois que Trump soutenait Musk. Le 16 août 2019, celui qui est présenté par la plupart des médias de masse comme un sympathique « entrepreneur » aux « frasques » amusantes, a balancé, toujours sur Twitter : « Nuke Mars ! » ou littéralement « Atomiser Mars ! ». Une confirmation de sa volonté d’envoyer des bombes H sur la planète rouge, afin de libérer le CO2 contenu dans la glace, le tout pour provoquer un effet de serre accélérer et rendre Mars plus facilement « colonisable ». Le Président US avait alors salué l’idée, avant de signer début avril 2020 un décret établissant le droit des Américains à exploiter les ressources spatiales, pour l’instant celles de la Lune et des astéroïdes. Il s’agit aussi clairement d’un pas en avant vers la militarisation de l’espace et d’un geste en faveur du milliardaire mégalomane.

Aujourd’hui, Elon Musk a franchi un cap. Il démontre que le système actuel, basé sur l’accumulation des richesses et des pouvoirs non par des technocrates, mais par une grande bourgeoisie capitaliste dissimulée derrière le faux-nez d’entrepreneurs créateurs d’emplois, pousse l’humanité dans le précipice.

Quand Musk aura acquis le droit, donné par les politiciens ou arrogé par la force de l’argent, de posséder et d’utiliser des ogives thermonucléaires, dans l’espace ou sur Terre, il sera trop tard. Son pouvoir aura franchi un point de non-retour. Il pourra alors menacer les États comme les peuples tentant de lui faire barrage, et même mettre à exécution ses menaces sans avoir à craindre de représailles, son territoire étant mouvant.

L’impact de la folie d’un homme dépend de la folie de la société qui le voit évoluer. Il ne suffit pas de réclamer un « changement » auprès des gouvernants, dont le pouvoir est bien peu de chose comparé à celui des grandes puissances capitalistes ; celles et ceux qui n’ont que leurs efforts intellectuels et physiques à vendre pour subsister, les ouvriers de notre temps, doivent impérativement se mobiliser pour transformer leurs vies et le monde. Si le peuple travailleur n’arrache pas un à un les pouvoirs financier, économique, médiatique, politique de la bourgeoisie capitaliste, inévitablement, le pire adviendra.

[Vidéo] ⭕️ Le positivisme, instrument du Capital ⭕️

⭕️ Le positivisme, instrument du Capital ⭕️

🔥 Le capitalisme tient non seulement par l’exploitation du grand nombre par une minorité de profiteurs, mais également par une idéologie positive sans cesse renouvelée pour taire la réalité conflictuelle de notre société.

🔵 Bernard Friot, Franck Lepage, Camille Herlin-Giret, trois des neufs intervenants de notre film, présentent leurs analyses au sujet de la propagande dominante.

▶️ Suivez notre page pour plus de vidéos et de décryptages !

🎬 Participez à la production de notre long-métrage documentaire via notre cagnotte en ligne https://www.helloasso.com/association…

[Vidéo] ⭕️ L’homme qui pèse 100 milliards d’euros ⭕️

⭕️ L’homme qui pèse 100 milliards ⭕️

🔥 Selon le classement 2020 des grandes fortunes du magazine Challenges sorti ce jeudi 9 juillet, Bernard Arnault a vu son patrimoine personnel augmenter de près de 12 milliards en un an.

🔵 L’homme le plus riche de France accueillait le couple Macron à dîner une fois par semaine, en 2016, en pleine campagne pour l’élection présidentielle.

▶️ Abonnez-vous à notre chaîne pour ne pas passer à côté de nos prochaines vidéos.

🎬 Participez à la production de notre long-métrage documentaire grâce à notre cagnotte https://www.helloasso.com/association…

Détestable

C’est passé presque inaperçu avec le battage médiatique autour du remaniement, réduit à un minable jeu de chaises musicales si l’on excepte l’entrée au gouvernement de Dupond-Moretti, chez qui l’appât du maroquin ministériel l’aura emporté.
Le Président Macron, avec la nomination de ses nouveaux subordonnés, démontre sa volonté de tenir d’une main de fer l’exécutif et d’imposer ses volontés propres, elles-mêmes issues des impératifs fixés par la classe capitaliste.


Ses déclarations présentent donc le chemin qu’il entend tracer pour la dernière phase de son quinquennat. Or, il y a quatre jours, le Président Macron a déclaré devant plusieurs titres de la presse quotidienne régionale :


« Nous devons collectivement rompre avec ce qui est la maladie française : la préférence pour le chômage. Le modèle français classique, c’est d’accepter des plans sociaux massifs, ensuite d’avoir un système très généreux qui les indemnise. Au fond, un modèle qui fait que nous n’avons jamais réglé le problème du chômage de masse. »


De quelle « maladie française » parle exactement Monsieur Macron ? « La préférence pour le chômage ». En substance, le travailleur français préférerait être privé d’emploi plutôt que d’en occuper un. La preuve : il « accepte des plans sociaux massifs ». Et pourquoi ? Pour profiter d’ « un système très généreux qui l’indemnise ».


L’actuel Président, qui fait à nouveau étalage de son incommensurable mépris pour les petites gens, considère ainsi que « nous n’avons jamais réglé le problème du chômage de masse » à cause précisément d’un « système très généreux », trop « généreux ».
Il tenait exactement le même discours au début de son quinquennat, quand il a réformé le Code du Travail par ordonnances en catimini durant l’été 2017. Il avait alors plafonné les indemnités versées au salarié victime d’un licenciement abusif et illégal, après condamnation de l’employeur aux Prud’hommes, à seulement 20 mois de salaire, et ce à condition… d’avoir au minimum vingt-neuf ans d’ancienneté dans l’entreprise !


Mais cela reste « très généreux », trop généreux vis-à-vis de celles et ceux qui ont souvent consacré leur vie à produire pour un employeur qui les chasse de leur emploi, qui les exclue de toute forme de sécurité matérielle. A la violence de s’être fait bannir du lieu où il créait les richesses et passait le plus clair de son temps quotidien, s’ajoute pour le travailleur la violence de dirigeants politiques qui lui lancent à la gueule qu’il coûte encore trop cher une fois licencié, et qu’il ne faut surtout « pas tout attendre de l’État » – pour reprendre les mots de Jean Castex pour sa première interview, sur TF1 vendredi soir, en tant que Premier ministre.


C’est pourquoi le chef de l’État et son gouvernement entendent bien mener à terme la réforme de l’Assurance-chômage, qui va drastiquement baisser les allocations d’aide au retour à l’emploi versées par Pôle Emploi aux chômeurs indemnisés.


C’est bien connu, les travailleurs sans emploi se la coulent douce à longueur de journées, en profitant grassement des minima sociaux qui coûtent à la collectivité « un pognon de dingue », si bien que la collectivité ferait mieux de couper les vannes de cet argent ; quitte à développer la grande misère, développons-la gaiement.


L’homme petit qui fait office de Président de la République devrait avoir honte de tenir ces propos. Il ne fait que révéler sa détestation des personnes démunies tout comme de l’ensemble de la classe exploitée. Il ne fait que se révéler toujours plus détestable de jour en jour, et cela, il faut l’admettre, relève d’une performance inouïe.

[Vidéo] Macron, le Président des Riches ! / 2ème Teaser du film Un Pognon de Dingue

🔴 Macron, le Président des Riches ! 🔴

🔥 Nos intervenants répondent à la phrase du chef de l’Etat pour qui “les riches n’ont pas besoin de Président”, dans cette nouvelle version de la bande-annonce de notre long-métrage documentaire Un Pognon de Dingue.

➡️ Soutenez-nous, abonnez-vous à notre chaîne et ne passez pas à côté de nos prochaines vidéos !

🎥 Participez à la production de notre film grâce à notre cagnotte : https://www.helloasso.com/association…

Les valeurs de Monsieur Castex

Nous allons décrypter quatre phrases du nouveau Premier ministre, lors de son interview au 20h de TF1 vendredi. Déclinées au moment de présenter les valeurs qui sont les siennes, ces quatre phrases sont éloquentes et, prises dans l’ordre, elles montent en puissance pour révéler la vraie fonction de Jean Castex.

« Je suis un gaulliste social. »

Expression maintes fois employée par des personnalités politiques de droite, il s’agit ici de revendiquer à la fois l’héritage de Charles De Gaulle et celui des grandes réformes sociales de la Libération. Or, beaucoup oublient ou font oublier que ces dernières sont issues d’un compromis entre la droite et la gauche, en particulier avec les communistes qui ont poussé et obtenu le droit de vote des femmes, la nationalisation des plus grandes banques et des grandes entreprises ayant collaboré, la Sécurité sociale, la semaine de 40 heures, le statut de la fonction publique, les comités d’entreprises et la médecine du travail.

Jean Castex est en réalité bien moins proche des communistes de la Résistance et de la Libération que d’un certain Denis Kessler, vice-président du MEDEF en 2007 pendant que l’actuel Premier ministre dirigeait le cabinet du ministre Xavier Bertrand, quand le dirigeant patronal a déclaré : « La liste des réformes ? C’est simple, prenez tout ce qui a été mis en place entre 1944 et 1952, sans exception. Elle est là. Il s’agit aujourd’hui de sortir de 1945, et de défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance. » Et le même Denis Kessler de porter aux nues la « nouvelle génération » de dirigeants politiques, incarnée alors par Nicolas Sarkozy, dont Jean Castex sera le secrétaire général adjoint de 2011 à 2012.

Se revendiquer gaulliste social est un moyen de réduire les réformes de 1945 à la seule personne du Général de Gaulle, mettant une chape de plomb sur la mobilisation de la classe ouvrière et son rôle infiniment plus déterminant pour la Libération de la France que celui de la grande bourgeoisie. Ce brouillage de piste est d’autant plus grand que la Vème République, fabriquée par De Gaulle, consacre la confiscation des pouvoirs politiques par la personne du Président de la République, comme la nomination de Jean Castex à Matignon le démontre à nouveau.

« On ne peut pas tout attendre de l’État. »

Cette phrase, comme les suivantes, s’adresse particulièrement aux travailleurs de France. Ceux qui ont une bonne mémoire y verront une référence claire aux propos de Lionel Jospin, en septembre 1999 sur France 2, concernant alors l’annonce de 7.500 licenciements par Michelin : «Il ne faut pas tout attendre de l’État. Je ne crois pas qu’on puisse administrer désormais l’économie. Ce n’est pas par la loi, les textes, qu’on régule l’économie. »

En juillet 2020, la crise économique est autrement plus forte qu’il y a vingt-et-un ans. Les plans de licenciements, rebaptisés audacieusement plans de départs collectifs, plans sociaux voire carrément plans de sauvegarde de l’emploi, s’enchaînent d’ores et déjà et vont, sans nul doute, plonger des millions de travailleurs, jeunes et vieux, intérimaires ou non, dans les méandres du chômage de longue durée. « On ne peut pas tout attendre de l’État », l’affirmation de Jean Castex alors que la réforme macroniste de l’Assurance-chômage va faire baisser drastiquement les allocations d’aide au retour à l’emploi (ARE) de l’écrasante majorité des chômeurs indemnisés, doit être entendue comme : « N’attendez plus rien de l’État. »

L’État-providence, compromis arraché de haute lutte par la classe ouvrière française au XXème siècle, n’est plus. Les centaines de milliards d’euros injectés dans la « relance », terme utilisé à plusieurs reprises par le nouveau Premier ministre sur TF1, n’ont pas vocation à alimenter le « pognon de dingue » des minima sociaux, filet de sécurité des travailleurs, mais à être vampirisés par les actionnaires des grandes banques et entreprises privées qui les recevront sans contrepartie sociale ni environnementale.

« La société n’est pas systématiquement responsable de ce qui va mal. »

Pour comprendre cette phrase, il faut écouter attentivement la sociologue spécialiste de la grande bourgeoisie Monique Pinçon-Charlot, avec qui nous avons eu l’honneur de nous entretenir pour notre long-métrage. Les détenteurs des grandes fortunes « n’ont qu’une seule patrie, c’est leur société. Ils disent ‘la société’ quand ils parlent d’eux, quand ils parlent de leur classe. La société. »

Entendue comme la communauté de la grande bourgeoisie, « la société » prend tout son sens dans la phrase de Jean Castex. « La classe capitaliste n’est pas systématiquement responsable de ce qui va mal », voilà donc la signification des propos du nouveau Premier ministre. C’est pourtant bien elle qui exploite les travailleurs, les divise sans arrêt pour neutraliser leur force collective, étend « systématiquement » son emprise sur la vie du pays, développe ses richesses, ses fortunes et surtout ses pouvoirs.

L’appauvrissement et la misère, la hausse des prix, la perte de sens dans le travail, la déshumanisation des rapports sociaux, les mouvements réactionnaires ou obscurantistes, la surproduction et la surconsommation, la catastrophe écologique sont bien le fait d’une classe sociale, qui représente une infime minorité de la population mais qui concentre toutes les véritables responsabilités, de par son capital patrimonial. Bien qu’elle se fasse plus discrète en France qu’aux États-Unis, elle ne se cache pas et se dévoile chaque année dans les classements des grandes fortunes édités par Challenges ou Forbes.

Minimiser, voire nier la responsabilité de « la société » bourgeoise participe à nouveau à neutraliser l’action collective des exploités en tant que classe sociale, à les détourner des authentiques coupables des crimes du capitalisme, au profit de chimères, de boucs-émissaires. Ce que Jean Castex fera directement après cette phrase par un couplet contre le communautarisme religieux.

« Pour distribuer la richesse, ce qui est nécessaire pour maintenir le pacte social, il faut d’abord la produire. »

Il s’agit là d’un pur concentré du « en même temps » macroniste. « Pour distribuer la richesse » indique que Jean Castex souhaite la distribution de la richesse entre tous, qu’il y travaille ; il propose même une méthode pour ce faire. Mais pourquoi distribuer la richesse ? Non par solidarité ni même par charité, mais parce que c’est « nécessaire pour maintenir le pacte social ». Le même pacte social qui consacre la domination du capital et la subordination du travail. Et comment ? En produisant la richesse « d’abord ».

Dans l’activité humaine, seul le travail crée la richesse. Quand les capitalistes concluent des marchés dans leurs lieux et temps mondains, ils ne produisent aucune valeur : ils prennent des décisions qui devront être appliquées par une armée de salariés, de filiales, de sous-traitants, de prestataires. « Il faut d’abord produire » la richesse est une injonction au travail, et pas à n’importe quelles conditions. Un travail toujours plus intense, pour une durée toujours plus étendue dans la journée, la semaine, l’année et la vie. Jean Castex va conduire la réforme des retraites qui exigera des salariés, comme des travailleurs indépendants, un allongement de la durée de cotisation, soit un report de l’âge effectif de départ.

Le Premier ministre ne se contente pas d’accompagner l’exploitation capitaliste ; il va âprement organiser les conditions de son durcissement. « Vous voulez de l’argent ? Travaillez d’abord », lance-t-il en substance à celles et ceux qui, en France, n’ont que leur force de travail à proposer. Après seulement il y aura distribution de richesse, dans des conditions qui là aussi seront revues à la baisse, par exemple en diminuant le SMIC horaire lorsque le gouvernement autorise les patrons à employer légalement un salarié 39 heures payées 35 dans un permanent chantage à l’emploi.

Enfin, s’il y a distribution de richesse, c’est pour « maintenir le pacte social ». La classe capitaliste mène une guerre économique, sociale, idéologique et politique contre les travailleurs, et cela est tout à fait acceptable dans « le pacte social » ; mais que les travailleurs se lèvent et tiennent tête, qu’ils commencent à contester et « le pacte social » est immédiatement rompu. La grande bourgeoisie, l’État à son service et le Premier ministre en première ligne, sont donc prêts à concéder une distribution des richesses, dans le seul but de « maintenir [ce] pacte social ». Gageons que le nouveau chef du gouvernement et son ministre de l’Intérieur devront, malgré leurs ultimatums, faire face à de grandes mobilisations populaires.

En bonus, une dernière phrase que Jean Castex a énoncée en début d’interview.

« Je mesure l’honneur qui est le mien de diriger le gouvernement d’un des plus beaux pays du monde, en même temps peut-être pas le plus facile à gouverner. »

Celle-là, nous vous laissons le soin de la traduire.

Participez à la production du long-métrage Un Pognon de Dingue

La cagnotte en ligne

Un documentaire vérité sur la France de 2020

L’actuelle crise sanitaire du Coronavirus, étincelle d’une bombe financière préexistante, jette une lumière crue sur les failles du système capitaliste. Les déclarations d’intention des dirigeants politiques s’échouent sur l’impératif de profit immédiat, cher à la classe dominante.
Un Pognon de Dingue inverse les propos de M. Macron sur les minima sociaux pour mettre à nu la situation des Français selon leurs moyens réels. En 2019, deux records historiques ont été battus dans l’Hexagone : le nombre absolu de personnes vivant sous le seuil de pauvreté monétaire et le montant des dividendes versés en majorité aux détenteurs de gros portefeuilles financiers. Nous menons l’enquête sur ces inégalités, sur ce qui les permet et les justifie a priori, sur la façon dont une petite minorité maintient son pouvoir économique et sur les chemins à emprunter vers une véritable justice économique et sociale pour demain.Un Pognon de Dingue sortira en Septembre 2020.

Des intervenants confirmés et reconnus

Pour déconstruire les idées reçues, analyser la situation concrète et apporter des perspectives, au moins huit interlocuteurs interviendront dans Un Pognon de Dingue, parmi lesquels :

Benjamin Amar, professeur d’histoire à Créteil et membre du bureau confédéral de la CGT et auteur de Les combats du clair-obscur (Un point c’est tout, 2019) ;
Denis Durand, économiste, ancien directeur-adjoint de la Banque de France et auteur de Sept leviers pour prendre le pouvoir sur l’argent (Editions du Croquant, 2017) ;
Bernard Friot, économiste et sociologue, animateur du Réseau Salariat, auteur de Le Travail, Enjeu des Retraites (La Dispute, 2019) ;
Fabien Gay, sénateur PCF de Seine-Saint-Denis, rapporteur au Sénat de l’affaire des “faux steaks” envoyés aux associations caritatives ;
Karl Ghazi, porte-parole de la CGT Commerce et Services de Paris ;
Camille Herlin-Giret, docteure en science politique et agrégée de sciences économiques et sociales, auteure de Rester riche : Enquête sur les gestionnaires de fortune et leurs clients (Le bord de l’eau, 2019) ;
Franck Lepage, conférencier et militant de l’éducation populaire, auteur de Éducation populaire, une utopie d’avenir (Les liens qui libèrent, 2012) ;
Monique Pinçon-Charlot, sociologue, auteure avec son mari Michel de nombreux ouvrages dont Le Président des ultra-riches (Zones, 2019).

A quoi servira l’argent collecté ?

L’intégralité de l’argent collecté servira à la production, la réalisation et la promotion du film-documentaire Un Pognon de Dingue. L’organisme de production est l’association à but non-lucratif Infoscope, créée en avril 2019 pour produire et éditer des enquêtes journalistiques sous différents formats et sur différents supports, et dont l’activité pour les années 2019 et 2020 se concentre exclusivement sur le documentaire Un Pognon de Dingue.

L’argent récolté servira :

  • à l’acquisition de matériel de tournage et de montage ;
  • aux frais de tournage (déplacements notamment), aux frais de montage (logiciel…) ;
  • à rémunérer un graphiste professionnel qui réalisera des séquences d’infographie animée ;
  • à l’acquisition d’images télévisuelles archivées et de sons radiophoniques archivés ;
  • à l’acquisition des droits d’une musique originale pour enrichir la bande-sonore du long-métrage ;
  • à la promotion à grande échelle dans le but de populariser le film dès sa sortie.

En outre, si les moyens sont réunis pour produire et promouvoir le long-métrage Un Pognon de Dingue, la somme de tous les dons faits sur la cagnotte au-delà de ce palier sera intégralement reversée au Secours Populaire Français, en particulier son antenne d’Angers où est domiciliée l’association Infoscope.

Contreparties aux dons

  • 25 euros : Mention, sous votre nom ou un pseudonyme, au générique du film
  • 50 euros : Mention au générique et réception du mug officiel du film
  • 100 euros : Mention au générique et réception d’un t-shirt original réalisé par nos soins
  • 200 euros : Mention au générique et réception de l’affiche officielle très grand format (841 x 1189 mm) dédicacée
  • 500 euros : Mention au générique et réception d’un exemplaire de chacun des cinq livres suivants, publiés par nos intervenants :
    – Les combats du clair-obscur de Benjamin Amar ;
    – Sept leviers pour prendre le pouvoir sur l’argent de Denis Durand ;
    – Le travail, enjeu des retraites de Bernard Friot ;
    – Rester riche : Enquête sur les gestionnaires de fortune et leurs clients de Camille Herlin-Giret ;
    – Le Président des ultra-riches de Monique et Michel Pinçon-Charlot.